Le congé paternité expliqué : vos droits

21

Ah, Noël. Le moment préféré pour les amateurs de cinéma TV kitsch, les fans de chandails laids et ceux qui aiment donner des cadeaux à leur entourage. Tant de joyussets qui sont parfois accompagnés de détails légèrement moins festifs : les attaques de foie post-Nouvel An, des cadeaux indésirables un peu encombrants, et surtout… Organisation.

Avouons-le, même lorsque vous êtes profondément dans la magie de Noël, la logistique des voyages et des réunions ne sont pas nécessairement évidentes, surtout quand vous devez gérer plusieurs familles à la fois !

A découvrir également : Comprendre le personal branding

Si vous êtes en couple, vous devez vous demander LA question de fin d’année :

« Alors comment pouvons-nous faire pour Noël ?

A lire également : Pourquoi faire appel à un coach professionnel ?

 » Êtes-vous plutôt le genre de grande fête qui rassemble tout le monde, ou des dîners dans un petit comité ? Vous préférez vous réveiller le 24 la nuit ou l’étaler en une semaine ? On vous a demandé comment vous prévoyez de profiter des vacances avec vos partenaires, et vos réponses mettent le baume dans nos cœurs !

Noël comme couple, oui, mais la famille avant tout !

Vous nous avez beaucoup dit dans vos témoignages : ce qui est important pour vous à Noël, c’est la famille. Être tous ensemble, quand vous êtes dispersés dans tout le pays en temps normal, c’est bien ! Quant à Nathalie, 28 ans, qui nous explique que « Même sans liens religieux, il est impensable pour moi de ne pas être avec ma famille la nuit de Noël : nous sommes très proches les uns des autres et nous nous soucions beaucoup ».

Et pour en profiter, ça vaut la peine de courir un peu ! C’est ce que Sophie nous a donné. Pour elle et son partenaire, Noël, ce n’est pas un grand repas familial, mais six, qui se suivent l’un l’autre dans un « marathon de grande nourriture et d’amour » qui fait halluciner leurs amis.

« Nos parents sont séparés des deux côtés, qui déjà Quatre familles à voir. Ajoutez à cela le fait que nos deux pères célèbrent le réveillon du Nouvel An avec leurs nouveaux compagnons. On doit les voir plus tard. Au fil du temps, nous avons a développé une organisation solide pour être en mesure de voir tout le monde.

Le soir du 24, nous sommes tous de notre côté : cela lui permet de voir la famille de sa mère et me permet de voir la famille de mon père — mais sans mon père. Vous suivez ? Puis, le 25 à midi, nous sommes ensemble dans la famille de ma mère. Et le 25 soir, nous dînons avec ses grands-parents paternels — mais sans son père.

Ce jour du 25 est toujours terrible : nous sommes fatigués de la veille, et après un déjeuner des rois à 15h, il faut remettre la couverture à 20h. La grand-mère de mon petit ami met tellement d’énergie et d’amour dans la préparation de différents plats que vous n’avez jamais le coeur de refuser un plat… et nous finissons par rentrer chez nous en conduisant.

Après un peu de récupération, nous voyons son père et le mien pour célébrer la fin de l’année ensemble. En tout, nous avons droit à six repas de Noël, totalisant dix livres de nourriture ingurgente, six robes de Noël et six sacs cadeaux différents.

Mais tout cela est juste le bonheur ! La famille est vraiment trop importante pour nous, ni lui ni moi ne pouvons imaginer passer Noël sans eux.

‘ Noël un an sur deux

La tenue d’un marathon comme celui-ci peut fonctionner pour ceux dont les familles vivent à une distance relativement faible. Mais quand ils sont plus éloignés, nous devons parfois faire des compromis difficiles…

Quant à Cécile, où Noël est un sujet quelque peu sensible : pour le conjoint et pour elle, la fin de l’année est un moment important, se déroulant en famille. Leur étant à des centaines de kilomètres, ils ont longtemps fait le choix de la praticité, se réveillant séparément. C’est après sept ans de relation et un projet de mariage qu’ils ont décidé de sauter la foulée :

« Nos deux familles ont des rites Noël très institutionnalisé et très différent. Donc, même si nous nous entendons bien avec nos familles respectives, il nous semble que ce n’est pas vraiment Noël quand vous n’êtes pas avec la nôtre.

L’ année où nous avons décidé de nous marier, j’ai fini par penser que c’était un peu triste de ne pas être avec lui le jour de Noël, d’autant plus qu’un jour nous avions le plan d’avoir des enfants : qu’aurions-nous fait à l’époque ? Un an avec maman, une autre avec papa ?

Alors j’ai accepté de passer Noël avec sa famille, en me disant qu’on ferait tour à tour de rôle chaque année. J’ai eu un cafard le réveillon du Nouvel An, je pense que je me suis souvenu que j’ai même pleuré un peu après avoir eu mes frères au téléphone.

L’ année suivante, c’est lui qui est venu voir ma famille. C’était tellement génial de pouvoir passer cette fête que j’aime avec lui et mes frères que j’ai pensé le « sacrifice » de l’année précédent, il valait la peine !

 » Célébrez Noël confiné

Comme nous le savons, pour conclure cette année 2020 un peu pourri, les vacances devront également être faites différemment. En comité plus petit, pas de gros câlins aux invités, avec un peu plus de distance de la table… Beaucoup d’entre nous ont même dû changer complètement leurs plans.

C’ est le cas de Thomas, 36 ans. Pour lui, c’est mauvais pour de bon : lui et son partenaire ont décidé de voir le bon côté des choses ! Leurs fêtes de fin d’année finissent souvent dans une course mouvementée, ils ont donc profité de la situation sanitaire pour revoir leurs projets : ils seront deux, sous la couette !

« J’ai une relation très « imposée » à Noël. Pour être honnête, je sens que cette fête ne m’appartient pas : je n’ai pas le choix. C’est la seule célébration familiale qui semble sans faille, LA grande institution de l’année. La période n’est pas désagréable, mais j’assimile plus à un marathon que n’importe quoi d’autre.

Ma famille vit à Clermont-Ferrand, mon beau-père est en Haute-Loire, et mon partenaire et moi vivons à Paris. En cinq jours de vacances, vous comprendrez que c’est assez sportif.

Souvent, nos terminaisons se résument à des voyages d’entraînement avec trop de sacs, une chaîne de repas, des huiles essentielles pour sauver mon foie et la frustration de tous les côtés parce que clairement je n’aurai pas assez de temps pour Tous.

En fin de compte, c’est surtout beaucoup de charge mentale. Vous devez être là pour votre famille, mais aussi pour votre beau-père, à une période de l’année où vous êtes déjà épuisé. Tout cela crée un bon cocktail de tensions qui peuvent conduire à des ingulades.

Donc si je devais changer mes plans cette année à cause de Covid… Disons que ce sera une nouvelle expérience ! Faites une matinée grasse le 25 décembre, vendre sous la couette tandis que d’autres se sont levés à sept heures du matin pour ouvrir des cadeaux, cela me semble être une alternative intéressante. J’ai l’air égoïste, je l’avoue. Mais je suppose ! Être confiné à ma maison sera un beau plan B. »

Lire aussi : Célébration de Noël différente qu’avec votre famille, ce qui donne ?

Penser à vous-même en particulier

Thomas n’est pas le seul à nous parler de son besoin d’être un peu égoïste. Le témoignage de Célie, 24 ans, commence par cette phrase : « J’écoute particulièrement mes désirs ». En choisissant de penser à vous-même pendant la période la plus achalandée de la famille de l’année, est-ce que cela semble impensable ? Pour elle, c’est possible.

« Combien de fois mets-nous d’autres devant nous ? Combien de fois oublions-nous que nous aussi avons le droit d’exprimer notre opinion et d’exister simplement ?

Il pensait à ces questions que j’ai simplement annoncé à mon petit ami : « A Noël, je serai avec ma famille en Lorraine les 24 et 25. Vous êtes, bien sûr, les bienvenus. » C’était évident pour moi : je voulais être près de ma famille à cette époque de l’année, que j’associe plutôt à une atmosphère familiale que le couple. Cela changera Peut-être quand j’ai l’intention de fonder ma famille, mais rien n’est sûr.

Elle a choisi de passer 24e dans sa famille et de prendre le train tôt le 25 pour se joindre à moi et à ma famille pour le déjeuner de Noël. Je suis content d’avoir pu passer Noël avec lui, mais quoi qu’il ait décidé, j’aurais respecté son choix.

Je pense que cette situation est juste et idéale pour nous deux, puisque chacun a pris sa propre décision.

Dans tous les cas, si vous faites le choix, parfois difficile, risque décevant une partie de votre entourage de suivre vos souhaits, pas se sentir coupable !

 » Prenons note de son conseil : cette année, que ce soit deux ou douze, pensez à nous lors du choix de l’organisation ! Comme vous nous l’avez rappelé dans vos témoignages, l’important est de partager ce moment avec ceux que nous aimons.

Et vous, comment faites-vous pour Noël, surtout dans le contexte particulier de 2020 ? N’hésitez pas à partager vos commentaires et programmes dans les commentaires !