Quel 3e pilier est le plus avantageux ?

252

Que vous soyez salarié, indépendant ou travailleur frontalier en Suisse, sachez que l’ouverture d’un compte 3e pilier du type 3A ou 3B est toujours recommandé. La première raison de souscrire un 3e pilier est de se constituer assez de capital ou de rente pour vivre avec la même aisance qu’aujourd’hui une fois à la retraite.

3 catégories de piliers dans le système de prévoyance suisse

Le système de prévoyance suisse est organisé en 3 piliers. Les deux premiers piliers, AVS/AI et LPP sont obligatoires pour tous les résidents et travailleurs en Suisse. Dès l’âge de 17 ans, si vous travaillez et résidez dans le pays helvétique, vous êtes dans l’obligation de cotiser pour ces deux piliers. De toute façon, pour ce qui est du 2e pilier, votre employeur effectue le prélèvement automatique de vos cotisations.

A voir aussi : Gestion de la relation client : quels sont les principes ?

Le 3e pilier ou prévoyance individuelle n’est pas obligatoire. La souscription à un troisième pilier part de l’initiative de l’épargnant. Il existe deux grandes catégories de 3e pilier qui sont : le pilier 3A et le pilier 3B. Ces deux types de piliers ouvrent à différents avantages et vous n’y souscrivez pas pour les mêmes objectifs. Cet article complet de https://www.troisiemepiliersuisse.info/3eme-pilier-la-prevoyance-facultative/ évoque plus en détail la façon de choisir un 3e pilier selon votre situation.

Lire également : Noël en entreprise : Préparer une fête conviviale

Les raisons de souscrire un 3e pilier en Suisse

La souscription à un 3e pilier, surtout du type 3B, vous permet d’avoir en main un capital que vous pouvez utiliser pour bon nombre de projets. Le 3e pilier 3B vous permet de bénéficier d’une certaine souplesse. Vous pouvez à peu près le gérer au gré de vos besoins. Vous avez entre autres la possibilité de choisir le montant de vos versements, la durée de l’échéance du contrat, retirer votre 3e pilier à tout moment.

Le 3e pilier 3A ou pilier lié est quelque peu contraignant, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas intéressant. La déduction fiscale à laquelle vous avez droit avec un pilier 3A est loin d’être négligeable. Il s’agit en quelque sorte d’une économie forcée pour laquelle vous devez cotiser pendant tout le temps que vous serez professionnellement actif. C’est la solution idéale pour continuer à bénéficier du même train de vie une fois à la retraite.

Où souscrire un 3e pilier ?

Pour la souscription d’un 3e pilier 3A, vous pouvez opter pour l’offre d’une banque ou d’un organisme d’assurance. Pour celle d’un 3e pilier 3B, vous devez vous contenter des offres des assureurs. Effectivement, il n’est pas possible de souscrire un 3e pilier libre dans une banque. Pour ce qui est du choix de l’établissement ou de l’offre, il faut passer au peigne fin un certain nombre de critères.

Entre autres critères, vous devez prendre en compte le montant des cotisations et leurs modalités. Dans certains cas, vous ne pouvez pas arrêter de cotiser pendant plus d’un an, et ce quel que soit le motif. Pensez ainsi à la flexibilité du contrat, si vous avez besoin de gérer avec plus de marge votre capital. Réfléchissez aux charges permises par vos revenus. Il ne faut pas oublier que vous pouvez également avoir un compte pilier 3A et un autre 3B en même temps.